LE BASKET FRANCAIS/ 25 janvier 2013 / 07:36

Célébrités



degros baltzer
Ne croyez pas que faire remettre à des célébrités les trophées de Meilleurs Joueurs de la saison date de la dernière chute de neige. En voici la preuve par l’image.

Malgré quelques contacts « au plus haut niveau », je n'ai pas pu reconstituer le palmarès complet des MVP du championnat de France de tous les temps. A défaut, j’ai quelques bribes.

C’est ainsi qu’en 1963, c’est Maxime Dorigo qui fut élu Meilleur Joueur du championnat (alors appelé Nationale 1 et dans laquelle figurait une pincée d’étrangers).

C’est un jury de journalistes, présidé par Jacques Marchand (alors, entre autre, responsable de la rubrique basket de L’Equipe, et qui fait d’ailleurs partie des gens que j’ai sollicité en vain dans mes recherches), qui se chargeait alors de l’élection. Comme vous pouvez le constater, le sponsor était la marque Pam Pam (rien à voir avec Pamela Anderson, c’était une marque de jus de fruit).

L’année suivante, il se produisit un fait rarissime : le Denaisien Jean Degros et le Manceau Christian Baltzer se retrouvèrent ex-aequo. Cela coûta DEUX trophées aux organisateurs.

Donc, on fit remettre ces trophées à deux personnalités féminines.

A gauche, Dany Rigoulot, fille de l’immense haltérophile d’avant-guerre Charles Rigoulot, champion olympique en 1924 et qualifié alors d'"homme le plus fort du monde", et elle même trois fois championne de France de patinage artistique, en 1958, 1959 et 1961. Elle fut ensuite enrôlée par le Lido. Jolie petite frimousse avec le chignon que je qualifierai « d’époque » et qui permettait aux femmes de gagner astucieusement une dizaine de centimètres.

Pour qualifier Jacqueline Huet à droite, je reprendrai l’excellentissime formule du Général de Gaulle à propos de Brigitte Bardot, "cette jeune personne a une simplicité de bon aloi".

Qui était Jacqueline Huet ? Au même titre que Jacqueline Joubert, Catherine Langeais, Jacqueline Caurat puis Anne-Marie Pesson, c’était une « speakerine » de la télévision française, la RTF devenue l'ORTF. C’est à dire qu’elle faisait le lien entre deux émissions, annonçant le programme à venir. Sachant qu’il n’y avait qu’une chaine de télévision à l’époque, Jacqueline Huet était au moins aussi connue dans les foyers que ne l’est Claire Chazal aujourd’hui.

Oui, mes confrères de l’époque savaient déjà faire de l’événementiel !

Commentaires

1. Le 25 janvier 2013 à 11:56

Juste une petite précision sur la coiffure de Mlle Dany Rigoulot, (quel nom pop, même Michel Audiar n'aurait pas osé) : on appelait ça une B 52, (prononcer bifititouze). D'ailleurs le célèbre et dynamique groupe new wave B 52's se dénommait ainsi en référence à la coiffure et non au sinistre bombardier.
Sinon, maxi boy, quand est -ce que tu l'écris ce bouquin d'histoire(s) du basket ? J'te fais de belles, infographies, des dessins rigolos ou pédagogiques, un bouquin fun avec maquette d'enfer et photos pop.

2. Le 25 janvier 2013 à 21:33

@ Laurent Rullier Dès que Mikhail Prokhorov, Monte dei Paschi di Siena ou un fond Qatari donne son feu vert pour le financement, on y va!

3. Le 9 janvier 2014 à 08:46

The authentic Fendi handbags have the perfect stitching which is straight and upto the mark.

Ajouter un commentaire

Le code HTML sera affiché comme du texte.

Blog Widget by LinkWithin