LES COULISSES DES MEDIAS/ 30 janvier 2013 / 07:30

L’extraordinaire réussite de BasketUSA(3)



basketusa
La suite de l’interview de Fabrice Auclert, le boss de BasketUSA.com.

Lorsqu’il y a eu le lockout les commentaires des rédacteurs et des internautes étaient très acerbes. As-tu eu peur que la NBA casse son jouet ?
Clairement. Et c’est pour ça que j’ai lancé Basketeurope. On me proposait ce lancement depuis longtemps et j’avais déposé le titre à l’époque de l’Euro 2009. Je m’étais aperçu aussi que cette année là les meilleures audiences étaient liées à l’équipe de France et pas à la NBA. Je me suis dit « il y a un public ». En plus, il n’y avait sur le marché que basketnews.net, basketactu.com ne devait pas encore exister, catch and shoot était en gestation. Mais je n’avais pas les moyens humains de le faire. C’est le lockout qui a accéléré les choses et ça s’est fait du jour au lendemain. La veille de l’Euro j’ai dit à mon designer, on y va ! Il n’y a pas eu de teasing, rien, la moitié des gars dans l’équipe n’était pas au courant. Ça s’est fait sur un coup de tête car franchement, je croyais que le lockout allait durer. Il faut savoir que même pendant le lockout, une pauvre news sur un lycéen ou un joueur qui allait en Turquie, faisait deux ou trois fois plus qu’une news Pro A ou même de l’Euro. J’ai constaté avec Basketeurope que le public ne s’est pas rabattu sur la Pro A, alors qu’en terme de fréquence de news, on faisait la même chose que sur basketusa.com. Lebron James qui allait au cinéma faisait toujours plus d’audience que n’importe quel résumé de match de Pro A ou de l’Euro.

C’était déjà le même phénomène dans les années 90 où tout ce qui était NBA faisait x fois plus que le basket français. C’est le même constat 20 ans après mais sur Internet ?
Même à l’époque de Limoges’93 les Bulls faisaient davantage ?

Bien sûr !
Je ne m’en rendais pas compte car à l’époque j’étais beaucoup plus fan du basket français.

La venue de Tony Parker et des autres Français de NBA dans la ligue française n’a t-elle pas servi les intérêts de la ligue américaine en assurant sa promotion une fois le championnat reparti ?
Je le pense vraiment, je l’ai écris sur le blog de Yahoo (voir ici le blog de Fabrice). Le lockout a fait plus de mal à la Pro A qu’à la NBA. Ils sont venus, ils ont rempli les salles, ils ont fait rêver les gens, ils se sont entrainés, ils ont gardé le rythme, et la NBA s’en est servi, alors que l’on a cru l’inverse. Pour moi le pire ça a été le All-Star Game 2011 à Bercy sans nos frenchies de NBA. Du jour au lendemain ils sont repartis, plantant tout le monde alors qu’avec eux le All-Star Game français aurait été une fête énorme.

A l’inverse, au redémarrage de la saison NBA, tes lecteurs ont redoublé d’ardeur ?
Je pense que certains n’avaient pas connu le lockout 99 et ne savaient pas ce qu’était une saison sans la NBA… Ils ont vu cette période de matches amicaux avec LeBron James, Durant, qui mettaient 70 points… On a beau dire que ce sont les meilleurs joueurs du Monde, il faut que ça soit structuré, sinon ça ne ressemble à rien ! C’est de la bouillie de basket. Donc, à titre professionnel, j’ai eu peur, mais les gens, les lecteurs, aussi. Et puis la NBA a bien fait les choses avec plein d’affiches le 25 décembre. Et le 26 les gens avaient oublié les cinq mois de grève. Pour moi la NBA est ressortie plus forte du lockout et elle a tout tué autour. Elle a fait croire à la France qu’elle avait récupéré ses stars mais c’était pire car davantage de joueurs encore sont partis.

Dans le même ordre d’idée, l’équipe de France, qui est composée majoritairement de joueurs NBA, ne sert-elle pas aussi les intérêts de la ligue américaine ?
Clairement. Il y a une côte d’amour sur l’équipe de France qui ne revient pas derrière à la Pro A. Via l’association Basketballnetwork où j’étais très présent pendant deux ans, où j’ai rencontré Jean-Pierre Siutat (président de la FFBB), Alain Béral (président de la LNB), grâce à qui j’ai pu discuter le matin de la finale avec Arnaud Lecomte (journaliste à L’Equipe), Fabrice Canet (responsable media à la FFBB), d'autres, pour savoir pourquoi ça ne marche pas, pourquoi la NBA mange tout. Ils m’ont dit « avec ta force de frappe, tu pourrais nous aider » et moi j’étais prêt à l’aider, le basket français, je m’étais dit que basketusa.com pouvait être une locomotive, que l’on pouvait faire aimer la Pro A aux gens qui aiment la NBA. Et c’est vrai qu’au bout du compte, je n’ai pas l’impression en fait qu’il y ait de solutions. (…)

La suite demain.

Commentaires

1. Le 4 février 2013 à 15:47

Your blog post L’extraordinaire réussite de BasketUSA(3) is excellent Actually, i have seen your post and That was very educational and very entertaining for me. gratitude for blog posting Really Such Things. I should suggest your site to my friends.

2. Le 5 février 2013 à 13:35

C’est de la bouillie de basket. Donc, à titre professionnel, j’ai eu peur, mais les gens, les lecteurs, aussi.

3. Le 5 juin 2013 à 11:01

I really like what you wrote

4. Le 9 janvier 2014 à 08:44

In short, redundant artist designer watches are actually greatly given away artist designer watches that will change the style at the same time.

Ajouter un commentaire

Le code HTML sera affiché comme du texte.

Blog Widget by LinkWithin